Le lancement de l’assurance scolaire gratuite

Pendant que certains se demandent encore si l’assurance scolaire est obligatoire, des assureurs se lancent dans une démarche commerciale alléchante : la gratuité de l’assurance scolaire. C’est le géant de la distribution Carrefour qui vient de lancer le concept et cela fait grand bruit.

La mutuelle assurance de l’éducation (MAE) a bien essayé d’interdire le projet mais la justice a donné raison à Carrefour.

La concurrence acharnée en assurance scolaire

L’assurance scolaire est devenue un symbole de la concurrence sur le marché de l’assurance. Longtemps contrôlé par les mutuelles proches de l’éducation nationale, le secteur s’est ouvert aux assureurs privés, aux banques et plus récemment aux grandes enseignes de la distribution.

Il faut dire que le marché pèse lourd financièrement et c’est aussi un merveilleux moyen d’approcher les assurés pour leur proposer plus tard tout une gamme d’assurances. L’école est obligatoire pour les écoliers ou les étudiants mais dans la plupart des cas ce sont  les parents qui souscrivent une assurance pour leurs bambins. Pour les assureurs, ce sont tous des potentiels clients. La guerre est engagée et l’offre de l’assurance scolaire se multiplie.

Cette multiplication de l’offre à un impact très positif pour le consommateur. Comme l’assurance scolaire n’est pas obligatoire les assureurs font tout pour la rendre attractive et les prix diminuent. La cotisation annuelle d’une telle assurance est estimée entre 15 et 30 Euros.

La concurrence qui règne en assurance scolaire tire les prix à la baisse et les offres promotionnelles fleurissent de toute part. La plupart des grands groupes d’assurance baissent la cotisation de leur contrat de base. L’assurance scolaire est parfois incluse pour seulement 1 Euro supplémentaire dans les contrats qui proposent une garantie accident de la vie (GAV).

Le géant de la grande distribution Casino offre une assurance scolaire à 1 Euro pour ses clients qui détiennent une carte de fidélité.

Difficile de faire mieux en matière d’offre promotionnelle et on comprend que Carrefour soit amené à tout simplement proposer la gratuité de l’assurance scolaire. On attend avec impatience le jour ou les assureurs paieront les assurés pour qu’ils souscrivent une assurance scolaire !

Cependant, il faut rester prudent quand à l’offre commerciale de ces nouveaux assureurs. La tarification des cotisations en assurance est importante mais elle ne veut rien dire à elle seule. Il faut aussi regarder la qualité des garanties, les éventuelles franchises, etc ...

Carrefour et l’assurance scolaire

Plus célèbre pour ses supermarchés, le groupe Carrefour grignote du terrain vers d’autres directions. Les offres bancaires de carrefour se multiplient et c’est la même chose en assurance.

Pour faire parler de lui, Carrefour est prêt à tout et on peut dire que la mission est réussie. En lançant l’assurance scolaire gratuite, c’est une révolution et cela ne plaît pas à tout le monde.

La mutuelle assurance de l’éducation qui détient 25 pour cent des partes de marché dans ce secteur a tout simplement sauté au plafond en découvrant cette offre. L’affaire ira jusqu’au tribunal de grande instance d’Evry qui considère l’offre de Carrefour comme une pratique abusive, mais ne prononce aucune interdiction. La MAE est sur les nerfs et envisage éventuellement d’aller plus loin.

L’opération commerciale se passe pour le mieux pour Carrefour et les assurés sont nombreux à avoir souscrit une assurance scolaire gratuite. La MAE reste leader dans le secteur de l’assurance scolaire mais les parts de marché diminuent d’année en année. Pourtant La MAE bénéficie à la base d’un partenariat privilégié avec l’Education Nationale grâce à des accords passés avec les fédérations de parents d’élèves. Cet accord permet à la MAE et la MMA de présenter des produits d’assurance scolaire directement dans les établissements scolaires.

Au final, Carrefour pourrait très bien entamer une démarche devant un tribunal pour dénoncer cette situation de monopole qui ne favorise pas la libre concurrence. La MAE voit d’un mauvais œil le fait de se faire voler des parts de marché sur son terrain mais si elle veut rester compétitive, elle devrait essayer d’aller de l’avant plutôt que de s’accrocher à des privilèges. Carrefour est un concurrent de poids qui a de nombreuses ressources. Pleurnicher devant le tribunal ne sera sans doute pas suffisant pour gagner la bataille.

Conclusion

Carrefour est à l’origine d’une véritable révolution et cela fera sans doute avancer le monde de l’assurance. Certes, le procédé n’est pas vraiment angélique et derrière il y a une logique de profit. En même temps, dans un monde capitaliste, ce n’est pas vraiment surprenant.

Au niveau des offres promotionnelles de l’assurance scolaire, il faut regarder plus loin que le prix de la cotisation. Bien examiner les garanties, les plafonds et les franchises pour ne pas se retrouver avec une assurance gratuite mais complètement inefficace.

Les mutuelles comme la MAE ou la MMA vont devoir relever un défi et accepter de se remettre en cause. Elles ne doivent pas oublier qu’elles se frottent à un géant. Carrefour a tout à gagner, et je vous laisse deviner qui a tout à perdre…

Un commentaire sur “Le lancement de l’assurance scolaire gratuite”

  1. steff dit :

    bonjour, attention le contrat est tout de même différent, à géant y a une franchise
    http://www.banque-casino.fr/Pages/assurances/formules-assurance-scolaire.aspx

Laisser une réponse