Dossier assurance et catastrophes naturelles

Ce dossier à pour but de vous plonger dans l’univers des catastrophes naturelles. Bien entendu, le but n’est pas d’en comprendre les origines ou de faire une leçon d’écologie. Ce qui nous intéresse avant tout c’est l’assurance. Les catastrophes naturelles existent et l’assurance se doit d’en prévenir les risques. Il est important de bien connaitre la réglementation dans ce domaine. Soulignons au passage que ce n’est pas un secteur d’activité rentable pour les assureurs. Si l’Etat n’obligeait pas les assurances à couvrir ce risque, il n’y aurait sans doute pas de garantie et donc d’indemnisation. Au final, les assureurs et les assurés sont dans le même bateau car aucune des parties ne tirent profit d’une catastrophe telle qu’elle soit.

Une catastrophe naturelle qu’est-ce que c’est ?

Bien que les éventuelles circonstances qui peuvent engendrer une catastrophe naturelle soient nombreuses, on peut en éliminer une bonne partie. C’est notamment le cas pour les éruptions volcaniques ou les tremblements de terre. En ce qui concerne la France, ce sont principalement les tempêtes ou les Inondations qui peuvent se transformer en catastrophe. Dans des cas plus rares, la sécheresse peut aussi être responsable. Cependant, la mondialisation et le principe de réassurance contribuent à internationaliser l’assurance. Ainsi, une partie des cotisations des assurés français peuvent être reversées pour indemniser des victimes d’un tremblement de terre à l’autre bout du monde.

Les différents cas de catastrophe naturelle

Quelque soit le type d’événement qui déclenche un sinistre, il ne sera considéré comme une catastrophe naturelle qu’après une déclaration officielle des autorités compétentes. Qu’il s’agisse d’une avalanche ou d’une sécheresse, l’état dit de «cat-nat» ne peut exister que s’il est déclaré en tant que tel. Ce n’est donc pas tant «l’origine du mal» qui importe mais c’est avant tout l’intensité et l’impact de ce mal qui sont à prendre en considération. Ceci étant, il existe quand même des différentiations :

Indemnisation et catastrophe naturelle

En France, le processus d’indemnisation suite à une catastrophe naturelle est réglementé par le législateur et l’assurance doit s’y plier. Dans la mesure où une catastrophe peut engendrer à elle seule de nombreux sinistrés, il vaut mieux que la procédure d’indemnisation soit efficace et ne laisse aucun assuré sur le banc de touche. C’est l’objectif avoué de l’Etat mais nous sommes forcés de constater que ce n’est pas toujours le cas. Suite à une catastrophe de grande envergure, les assurances peuvent se retrouver débordées et ne pas être capables de procéder à une indemnisation suffisamment rapide. Il convient pour les assurés d’en savoir un minimum sur la question pour faire valoir ses droits ou se préparer au pire :

Comment lutter contre les catastrophes naturelles ?

A priori, les catastrophes naturelles sont inévitables. Les assureurs voudraient bien ne pas avoir une telle charge sur le dos alors que les assurés souhaiteraient une prise en charge plus grande et large ainsi qu’une indemnisation plus rapide et efficace. Pas facile de satisfaire tout le monde, et c’est l’Etat qui doit s’y coller. La solution passe alors par un travail de collaboration entre ces trois acteurs. A défaut de pouvoir éradiquer les catastrophes naturelles, on peut espérer de mieux les gérer :

Un commentaire sur “Dossier assurance et catastrophes naturelles”

  1. frapier dit :

    Les panneaux d’isolation thermique de nos bâtiments ont été saccagés par une attaque de fouines . S’agit-il d’un « dommage naturel » et est il couvert normalement par une assurance Bâtiment ?

Laisser une réponse