Le «home-sitter» débarque chez vous

Le phénomène du «home-sitter» est assez récent en France. Devant la montée sans cesse croissante du nombre de cambriolages, les propriétaires sont assez frileux de laisser à l’abandon leur domicile pendant une absence plus ou moins longue. Personne n’a vraiment envie de découvrir sa maison vide à son retour de vacances. C’est pourquoi le «home-sitting» est une alternative à prendre en compte et à un moindre coût !

Le principe du home-sitting

Le terme home-sitter désigne le fait de confier sa maison à un gardien pendant une absence. La particularité c’est que vous ne faites pas appel à une société de gardiennage mais à un «volontaire» qui se propose d’occuper votre maison gratuitement.

Il n’y a pas vraiment de réglementation officielle dans le domaine alors les accords passés entre les parties peuvent varier.

A la base, le home-sitter est un bénévole et il ne cherche pas à bénéficier d’un salaire. Son seul but est de profiter d’un logement pendant que le propriétaire est en vacances. Mieux encore, en retour il est chargé de certaines tâches :

  • Entretenir le jardin, les plantes et le logement.
  • Prendre soins des animaux.
  • Occuper la maison un minimum de temps pour dissuader les voleurs.

C’est le minimum qui est souvent demandé au home-sitter pour qu’il puisse bénéficier gratuitement du logement. Bien entendu, si en tant que propriétaire vous exigez des services supplémentaires, il faudra sans doute négocier et éventuellement mettre la main à la poche.

Pour bénéficier d’un tel service, cela est assez simple. Vous pouvez tout simplement passer une annonce dans un journal ou sur internet. Il est aussi possible de faire appel directement à une société spécialisée. Étant donné l’engouement des français pour le home-sitting, les professionnels sont nombreux et les offres sont nombreuses notamment sur le net. Le seul problème c’est que la pratique manque de transparence car elle n’est pas réglementée.

La législation française et le «homme-sitting»

C’est bien simple, actuellement la loi française ne se prononce pas sur le sujet. Le home-sitting n’étant pas officiellement reconnu, il n’y a donc pas de réglementation dans le domaine. En cas de problème, l’assurance ne couvre donc pas le propriétaire ou le home-sitter. La seule solution est alors d’établir un contrat par vous-même ou alors d’en exiger un si vous passez par une société spécialisée. Dans ce contrat il faudra faire apparaitre :

  • La date du séjour.
  • Les recours en cas de dégâts engageant la responsabilité du home-sitter.
  • Les recours en cas de vols engageant la responsabilité du home-sitter.
  • Les recours en cas de mauvais traitements sur les animaux engageant la responsabilité du home-sitter.
  • Les éventuels dédommagements en cas de retard d'entrée dans les lieux entraînant un report de la date de départ du propriétaire.

Que vous passiez par un professionnel ou une connaissance, il faut que la personne soit digne de confiance et vous vous devez de bien connaitre :

  • Son nom exact.
  • Ses coordonnées.
  • Le contenu de son éventuel casier judiciaire.

La couverture de l’assurance pour le «home-sitting»

L’absence de législation n’empêche pas qu’il est possible de bénéficier d’une assurance. Comme pour un échange de maison, il convient d’avertir son assureur.

+ Voir article : Échanger sa maison en toute assurance

Ainsi le home-sitter peut bénéficier d’une attestation de responsabilité civile incluant une clause de villégiature, de sorte que les éventuels dommages impliquant sa responsabilité soient couverts par une assurance.

La garantie vol (MRH) ne peut cependant pas s’appliquer s’il s’avère que le voleur est le home-sitter. En effet, cette garantie donne droit à une indemnisation uniquement si une effraction est prouvée.

Pour les sociétés professionnelles une assurance est obligatoire mais seulement pour une garantie responsabilité civile professionnelle. Ce qui veut dire que si la responsabilité d’une société professionnelle de home-sitting est prouvée, son assurance devra vous indemniser les éventuels dommages.

Conclusion

Les avantages du home-sitting sont nombreux et cela est valable aussi bien pour le propriétaire que le home-sitter. En effet, le propriétaire peut partir l’esprit tranquille en vacances sans craindre de retrouver sa maison cambriolée à son retour. L’home-sitter peut quand à lui bénéficier d’un logement gratuitement à condition de respecter ses engagements.

Un commentaire sur “Le «home-sitter» débarque chez vous”

  1. burgues dit :

    Bonjour,attention aux arnaques:à mon retour de vacances,les homes sitters m’ont déclaré que ma petite teckel avait cassé leur ordinateur portable:bien obligée de les croire ,n’étant pas présente au moment des faits,j’ai gentiment accepté de le déclarer à mon assurance,maintenant je dois en plus leur verser la franchise de ma poche…ou me faire trainer en justice.Ce qui est certain c’est que je ne ferais plus jamais appel à ce genre de « MAUVAIS SERVICES »

Laisser une réponse