L’assurance pour les locations saisonnières

Les vacanciers français aiment parfois louer une maison, un studio, un gîte ou un chalet pendant toute la durée de leurs vacances. Bien souvent on s’intéresse avant tout au prix de la location sans forcément chercher à savoir si une quelconque assurance nous couvre en cas de sinistre. Il convient alors de séparer l’assurance pour les propriétaires et les locataires.

L’assurance pour le locataire saisonnier

Quand vous louez une résidence de manière ponctuelle par exemple pour la durée de vos vacances, vous êtes tenu par la loi de vous assurer au même titre que si vous louiez un bien de manière traditionnelle à l’année. Cependant, la location saisonnière qui peut être de très courte durée bénéficie d’un statut un peu particulier et l’obligation d’assurance est variable selon les cas:

L’assurance prise en charge par le propriétaire

Le logement que vous louez est alors couvert par l’assurance du propriétaire. Étant donné que ce logement fait déjà l’objet d’un contrat d’assurance à l’année, souscrite par le propriétaire, nul besoin que le locataire saisonnier souscrive en plus une assurance complémentaire.

Dans ce cas, le propriétaire et son assurance renoncent à engager une procédure de réclamation en cas de sinistre pour un incendie concernant le logement loué ou un dégât des eaux. Il est ici question d’une renonciation à un recours qui décharge la responsabilité du locataire.

La clause de «renoncement à un recours» doit obligatoirement apparaitre dans le contrat de location et sur l’attestation d’assurance du propriétaire.

Si ce n’est pas le cas, il vous sera conseillé de souscrire vous même une assurance ou alors de trouver une autre location avec un propriétaire qui puisse vous garantir dans le contrat de location la clause de renoncement.

Votre contrat MRH couvre votre responsabilité pour une location saisonnière

Pas besoin de souscrire une assurance complémentaire car le contrat MRH de votre habitation principale vous couvre déjà. Contactez alors votre assureur pour qu’il vous remette une attestation. Précisez alors la durée et le lieu de votre séjour et votre assureur transféra la responsabilité civile locative de votre habitation principale vers votre habitation saisonnière.

Avec l’attestation, vous pourrez justifier auprès du propriétaire que votre responsabilité est assurée en cas d’incendie, d’explosion ou de dégâts des eaux.

Le locataire souscrit une assurance complémentaire

Cela est inévitable si le propriétaire ne vous présente pas la clause de renoncement à un recours dans le contrat de location et si votre contrat MRH ne peut transférer la garantie.

Lorsque vous louez un bien immobilier pour une location saisonnière, l’agence de location ou le propriétaire peuvent vous obliger à souscrire une assurance complémentaire. Le montant de la cotisation sera alors fonction de la durée de votre séjour.

Si vous êtes un adepte des voyages et que vous avez pour habitude de prendre des locations saisonnières durant vos vacances, pensez à souscrire la clause «garantie villégiature» dans votre contrat principal d’habitation.

Cette clause permet de déplacer sur votre lieu de villégiature un certain nombre de garanties acquises au titre de votre résidence principale. Cette garantie assure aussi les dommages causés aux objets mobiliers que vous emportez en voyage.

L’assurance pour le propriétaire d’une habitation saisonnière

Vous devez informer votre assureur habitation que votre bien immobilier est destiné à la location de manière ponctuelle ou de manière régulière.

Il existe pour les propriétaires des contrats habitation adaptés selon le type de bien immobilier mais aussi selon le type de location. Les cotisations et les garanties ne sont pas les mêmes s’il est question d’un bungalow ou d’une villa. De même, si vous louez votre habitation toute l’année ou seulement deux mois dans l’année.

Le plus important est de vérifier que votre garantie responsabilité civile couvre aussi les éventuels locataires.

La plupart du temps il est préférable de souscrire soi-même une assurance qui couvrira les locataires. Il vous suffit alors de répercuter le prix d’une telle assurance dans le coût de location. Les vacanciers préfèrent savoir que l’assurance est incluse dans le prix de location plutôt que de devoir en chercher une eux-mêmes.

De fait, il est de plus en plus difficile de trouver des assureurs qui acceptent la clause de renoncement, il convient alors de faire tout son possible pour offrir aux vacanciers un séjour clé en main et assurance incluse.

Sinon, il vous reste la possibilité de laisser à la charge des locataires le soin de se trouver une assurance ou de vous transmettre une attestation d’assurance.

Conclusion

Propriétaires ou locataires de résidences de vacances, sachez que l’assurance ne se repose jamais et ne prend jamais de vacances ! Dans la plupart des cas c’est le propriétaire qui se charge d’inclure une assurance dans le prix de la location. En tant que locataire, il faut alors vérifier dans le contrat de location que l’assurance est bien incluse. Si ce n’est pas le cas et, en l’absence d’une clause de renoncement de recours, il vaut mieux que le locataire souscrive lui-même une assurance pour que ses vacances ne virent pas au cauchemar…

Un commentaire sur “L’assurance pour les locations saisonnières”

  1. veronique dit :

    Bonjour
    Nous avons loué cet été une maison pour 15 jours.Le propriétaire nous avait demandé un certificat de villégiature,ce que nous avions fourni.Notre chienne ,durant notre absence a abimé la double porte vitrée (vraiment à changer).Notre assureur nous dit que l’évènement ne rentre pas dans le champ des garanties pourtant nous sommes en multihabitation.Les dégats causés à un tiers par notre chienne ne sont pas pris en compte dans des location saisonnière.Le propriétaitr nous reclame la totalité de la porte soit 1660 €
    Quel recours pouvons nous prevoir?

Laisser une réponse