Les nouveaux animaux de compagnie débarquent en assurance

Les nouveaux animaux de compagnie, que l’on appel aussi les NAC, ne sont pas toujours des petits animaux mignons que l’on a envie de prendre dans ses mains ou dans ses bras. Bien souvent, ce sont des animaux exotiques et parfois dangereux. Ce qui est certains c’est qu’ils n’effraient pas les propriétaires. En France, un foyer sur deux a un animal de compagnie. Selon les chiffres officiels, 5 pour cent des foyers auraient des NAC (Officieusement ce chiffre est plus conséquent). L’engluement récent pour les NAC à créer un nouveau marché pour les assureurs qui eux non plus n’ont pas eu peur de se lancer à l’aventure.

Origine des NAC

Le terme « NAC » qui désigne les nouveaux animaux de compagnie est apparu en France au début des années 1980. C’est un vétérinaire lyonnais, Michel Bellangeon, qui a lancé cette formule. Étant étonné de voir fréquemment en consultation des animaux exotiques et des petits rongeurs à l’allure bizarre, il a réfléchit à une appellation spécifique pour nommer ces nouveaux animaux. Ainsi le terme de NAC est né.

Il est certains que cette expression peut prêter à confusion dans le cas de certains animaux, comme les reptiles, qui n'ont pas potentiellement les dispositions requises pour devenir véritablement des animaux dit de compagnie. Les nouveaux animaux de compagnie n’ont donc pas toujours vocation à apporter une compagnie affectueuse à leur propriétaire. C’est pour cette raison que le terme nouveau est employé et il faut croire que les nouveaux animaux de compagnie sont aussi des nouveaux animaux qui font peur. Si l’on prend l’exemple d’une mygale par exemple, on ne peut pas vraiment dire que cet animal tient compagnie à son propriétaire et ce dernier n’ira pas se balader avec sa mygale dans un parc public même s’il la tient en laisse…

Les différents types de NAC

Pour faire simple on considère que le chien et le chat sont des animaux de compagnie. Tous les autres animaux de petite taille sont considérés comme des NAC.

LA catégorie des NAC regroupe donc un très grand nombre d'espèces très variées qui peuvent être des espèces exotiques et rares, des espèces déjà domestiquées et réaffectées comme animal de compagnie tel les rats ou les furets, des espèces avec une mauvaise réputation comme les serpents ou les araignées ou des espèces insolites appartenant à des groupes déjà connus comme les chinchillas chez les rongeurs. Les NAC peuvent être des animaux capturés dans la nature, des animaux issus d'élevages spécialisés ou encore des animaux domestiques détournés de leur emploi traditionnellement utilitaire, comme les rats de laboratoires.

Les principales catégories des NAC sont les suivantes :
  • Les mammifères : furets, fennecs, hermines, lapins, cochons, primates, souris, cochons d'Indes, rats, hamsters, écureuils sauvages.
  • Les reptiles : boas, pythons, tortues de Floride, iguanes, geckos, caméléons.
  • Les arthropodes : scorpions, araignées, myriapodes.

On retrouve aussi d’autres catégories comme des insectes, des amphibiens, des oiseaux, des poissons, des escargots ,des crustacés. Il semble que la famille des NAC soit très grande et je me demande comment font les assureurs pour s’y retrouver.

Les NAC sont-ils dangereux ?

Certains NAC sont dangereux pour l'homme, avec des risques de morsures venimeuses mortelles. Il existe aussi des risques de griffures, et des risques de transmission à l'Homme de maladie.

Les NAC comme les araignées et les serpents peuvent donc poser des problèmes d'envenimation ce qui peut se révéler tragique. D'autres comme les crocodiles et des animaux non venimeux peuvent causer également de graves blessures car leurs morsures peuvent être plus que pénalisante.

Pour répondre à cette dangerosité, les animaux venimeux doivent être déclarés à la DSV (Direction des Services Vétérinaires) et les propriétaires doivent être titulaires d’un certificat de capacité spécifique. Parmi les NAC venimeux, les plus dangereux on retrouve surtout les serpents venimeux exotiques.

Les accidents restent peu fréquents mais leur nombre augmente régulièrement. En France, on recensait 1 à 2 cas annuels d'envenimation dus à des serpents exotiques au début des années 80, et 12 cas en 19996. Le problème avec les serpents exotiques c’est qu’il n’existe pas vraiment d’anti venin disponible en pharmacie donc en cas de morsure cela peut-être fatal.

Autre risque concernant les NAC peuvent parfois le risque de marronnage. Un NAC peut être lâché ou s'évader dans la nature, et former des populations vivant partiellement ou totalement à l'état sauvage. Ils peuvent parfois appartenir à des espèces susceptibles de devenir invasives et peuvent dans ce cas nuire à la faune locale.

Pour élever un NAC cela reste difficile car à la base, ce ne sont pas des animaux destinés à devenir des animaux de compagnies. Les propriétaires devront se référer à des revus spécialisés pour s’occuper au mieux de leur NAC. N’oubliez pas que le NAC est avant tout un animal et qu’il a le droit aussi d’être heureux. Méfiez vous aussi du coté sauvage du NAC qui parfois se retourne contre son propriétaire.

L’assurance pour les NAC

Il est désormais possible de protéger bon nombre d’animaux vivants à nos côtés grâce à une assurance. L’assurance pour les NAC existe aussi. Les nouveaux animaux de compagnie représentent un marché important en France et on estime leur nombre à plus de 4 millions dans les foyers.

L’animal de compagnie de type NAC le plus célèbre est le furet que l’on retrouve en 3ème position juste derrière le chien et le chat. Il est donc désormais facile de posséder assurance qui protège la santé des furets. Il faut savoir que le furet mange tout et n’importe quoi et est susceptible de tomber malade.
Pour être couvert, le furet doit être marqué par une puce électronique, vacciné et enregistré au fichier national des félins. Une fois inscrit, les frais de vétérinaire vous seront remboursés. Cette offre n’est pas valable pour tous les autres animaux de compagnie à quatre pattes tels que les lapins et les rongeurs.

Plus petits que les chiens ou les chats, la cotisation des NAC est en effet moins onéreuse: pour un petit mammifère de moins d’un an, il faut prévoir 5,36 euros par mois. Ce tarif comprend la prise en charge de la chirurgie en cas d’accident, les soins vétérinaires, les médicaments et vaccins.

Conclusion

En matière d’assurance pour les NAC, il faut vraiment s’adresser à un spécialiste. Les furets sont pratiquement considérés comme des animaux de compagnie. Il est assez facile de trouver une bonne assurance mais pour le reste c’est au cas par cas.

Au niveau de le la responsabilité civile, les dommages causés par certains animaux considérés comme dangereux ne sont pas pris en compte par une multirisque habitation. Il est cependant possible de racheter certaines exclusions concernant les nouveaux animaux de compagnie. Si vous ne pouvez pas mettre une clause pour assurer votre NAC dans votre contrat multirisque habitation, il faudra alors prendre une assurance spéciale.

Un commentaire sur “Les nouveaux animaux de compagnie débarquent en assurance”

  1. leroy noam dit :

    bonjour
    possesseur de serpents ainsi que de chien chet et rat je recherche une mutuelle qui prendrai en compte les serpents
    merci de me redirigé vers un assureur qui prendrai en compte ces bebetes
    cordialement
    LEROY Noam

Laisser une réponse