L’assurance ne prend en charge que le futur et n’aime pas les mensonges

Il faut absolument savoir que votre assureur vous propose des garanties uniquement pour un événement qui n’est pas encore arrivé et qui peut se produire dans le futur. C’est le principe de l’assurance et si vous ne voulez pas avoir de problème il vaut mieux jouer franc jeu avec votre assureur. Avant tout chose, vous devez donc avoir un contrat d’assurance pour pouvoir être assuré pour un événement qui pourrait se passer après la signature du contrat.

Faire preuve de transparence :

Par exemple, lorsque que vous souscrivez une assurance décès, vous devez impérativement informer votre assureur de votre état de santé et lui donner les justificatifs nécessaires. Si, malheureusement, vous avez un cancer et que vous vouliez prendre une assurance décès, vous devez informer votre assureur de votre maladie. En effet, l’assureur va calculer le montant de votre cotisation en fonction de votre état santé. Si vous avez un cancer, votre cotisation sera beaucoup plus importante qu’une personne en parfaite santé. C’est assez compréhensible car le risque de décès est plus important pour une personne souffrant d’une maladie grave que pour une personne en bonne santé.

Que se passe-t-il si vous cachez des informations à votre assureur ?

Reprenons l’exemple de tout à l’heure, vous avez un cancer et vous vous rendez chez votre assureur pour prendre une assurance décès. Vous rencontrez un conseillé et vous faites le contrat. Bien entendu, le conseillé va vous demander si vous avez des problèmes de santé. Si vous répondez que non alors votre assureur va vous faire un contrat en fonction de ce que vous affirmez. Dans le contrat, il sera stipulé que vous êtes en bonne santé et vous allez devoir signer ce contrat. Comme vous avez affirmé que vous étiez en bonne santé, votre cotisation sera faible et c’est sans doute une bonne chose mais faire une fausse déclaration comporte des risques. En effet, vous avez signé un contrat en affirmant que vous étiez en bonne santé alors que vous souffrez d’une grave maladie. C’est un mensonge officiel et signé de votre main.

Si votre assureur se rend compte que vous saviez que vous étiez malade au moment de la signature de votre contrat Celui-ci sera annulé et vous pourrez même être trainé en justice. Dans le cas assez dramatique que nous étudions, il sera difficile de poursuivre en justice un assuré qui est mort suite à son cancer. Mais les assureurs sont des habitués des tricheurs et ils mènent des enquêtes poussées pour ne pas laisser de doute planer.

Ainsi, suite au décès de la personne atteinte du cancer qui avait affirmé être en bonne santé, l’assurance si elle a des soupçons pourra accéder au dossier médical du patient et ainsi apprendre que celle-ci savait qu’elle avait un cancer avant de souscrire le contrat d’assurance. Dans ce cas le contrat devient caduc et aucun remboursement ne sera effectué.

Il est possible aussi que vous soyez en bonne santé au moment de la signature du contrat d’assurance et que vous appreniez par la suite que vous avez un cancer. Dans ce cas, il faut informer votre assureur pour qu’il puisse réajuster le montant de votre cotisation en fonction de votre nouvel état de santé. Si vous ne le faite pas et que votre assureur s’en rend compte, le contrat pourra être annulé.

Nombreux sont ceux qui essayent de mentir aux assurances mais rares sont ceux qui arrivent à ne pas se faire prendre.

Je pense que nous prouvons prendre un exemple bien plus banal et moins tragique que le précédent. Disons un cas d’école :

Monsieur X prend sa voiture comme tous les jours pour se rendre sur son lieu de travail. Pas de chance, car un de ses pneus crève et il heurte un arbre de plein fouet. Le choc est brutal et la voiture bien endommagée mais comme elle roule toujours, monsieur X décide de rentre chez lui. Une fois arrivé, il téléphone à son travail pour dire qu’il sera en retard et décide de repartir. Mais la voiture refuse de démarrer car le moteur est hors service suite au choc. Monsieur X doit alors téléphoner à nouveau à son entreprise pour dire qu’il ne viendra pas aujourd’hui.

Si le conducteur est assuré il pourrait se faire rembourser et ainsi se racheter une voiture. Le problème c’est que monsieur X n’est pas assuré et aujourd’hui il ne va pas faire d’économie. Pourtant notre cher conducteur reste confiant et se rend chez un assureur pour souscrire une assurance auto. Il pense pouvoir gérer la situation à sa manière. Son assureur lui propose une bonne assurance auto et monsieur X se dit que finalement ce n’est pas une si mauvaise journée. Désormais, il est assuré et il compte se faire rembourser sa voiture. Demain, il prétendra avoir eu un accident ni vu ni connu… L’assurance qu’il vient de souscrire lui remboursera les dégâts !

Le seul problème c’est que les assurances ne sont pas dupes et elles ont l’habitude de ce genre de tentative d’escroquerie.

Après avoir reçu les informations de monsieur X concernant l’accident, l’assureur dirigera immédiatement une enquête car le délai entre l’accident et la souscription du contrat est plus que louche. Au final, l’enquêteur de l’assurance mettra vite en évidence que monsieur X n’est pas allé sur son lieu de travail le jour même où il a souscris une assurance auto et qu’en fait l’accident s’est produit avant la signature du contrat d’assurance.

L’événement ne s’est donc pas passé après la signature du contrat d’assurance auto et donc l’accident ne sera pas pris en charge.

Que risque monsieur X ?

Notre pauvre monsieur X a voulu se croire plus malin que les assurances mais son adversaire n’est pas un débutant.

  • D’une part monsieur X ne pourra pas se faire rembourser sa voiture.
  • Surtout il risque une peine de prison allant jusqu’à 10 ans et une grosse amende pour escroquerie à l’assurance.
  • Enfin, si dans le futur monsieur X veut assurer sa voiture, il aura du mal à trouver un assureur. Dans tous les cas il devra payer une forte majoration pour prendre une assurance car il sera fiché dans la liste noire des assureurs.

Conclusion :

Tricher avec son assurance peut vous revenir cher. C’est à vos risques et périls si vous faites des fausses déclarations. De toute façon, il faut savoir que la fraude à l'assurance à un coût et cela est valable que vous soyez honnête ou non. Je vous laisse deviner qui en paye le prix...

Un commentaire sur “L’assurance ne prend en charge que le futur et n’aime pas les mensonges”

  1. golliot dit :

    bonsoir moi je voudrais savoir comment je connais quelqun qui a eu un cambriolage sans effraction et qui pour se faire embourser a casser la batti de la porte et a fais faire des fausses facture pour se faire mbourser comment p ton faire pour que cette personne sois puni car elle set fais rembourser plus de choses quelle navait merci de votre reponse

Laisser une réponse