L’assurance pour le trike et le scooter à trois roues

Le trike est un engin à trois roues. Ce terme anglophone est une abréviation de « tricycle » et de « bike ». C’est à partir des années 1970 que le trike a débarqué en France et depuis les amateurs ne le lâche plus. L’origine du trike est assez controversée mais il semble que son développement intervient à la suite de la guerre du Vietnam. Les vétérans américains de retour à la maison ont trouvé le système parfait pour profiter des joies de la moto avec une jambe en moins par exemple. Et oui, le trike permet avant tout aux personnes handicapées de chevaucher une grosse cylindré sans trop risquer la chute. C’est en 1999 que le trike est homologué et depuis ce jour il est légalement possible de le chevaucher.

Un départ difficile en France

Il faut reconnaitre que la trike est assez peu développé en France. Il suffit de regarder sur les routes… Avez-vous déjà vu un trike ? Si cela vous arrive un jour au moins vous saurais désormais de quoi il est question. La vérité c’est que les français semblent bouder le trike et je ne saurais vous dire vraiment pourquoi. Après tout le concept allie les joies de la moto avec l’aspect sécurisant d’avoir trois roues ce qui augmente la stabilité.

Les motards ne semblent pas vraiment de cet avis et considère le trike comme une vulgaire moto à roulettes. N’oublions que le trike est avant tout un moyen efficace pour permettre aux handicapés de pratiquer la moto mais ce n’est pas seulement le cas.

Le trike est une véritable passion aux États-Unis et on n’hésite pas à proposer des grosses Harley Davidson en version trike et je vous assure que ça à de l’allure. En Allemagne le phénomène à pris aussi de l’ampleur et sur la route on en croise des beaux spécimens.

Il est vraiment difficile d’expliquer le non succès du trike en France sachant que celui-ci est facilement accessible à tous puisqu’il peut se conduire avec un simple permis de conduire automobile. De part sa rareté sur les routes française, le trike semble avant tout être un objet de collection qui n’attend juste qu’un plus grand nombre de passionnés.

Le trike reste un engin artisanal

Une des raisons qui peut expliquer la rareté du trike en France c’est qu’il n’est pas construit en série. Ce qui veut dire que chaque modèle est construit de matière artisanale. Il est donc difficile de trouver des points de vente et si l’on veut acheter un trike, il vaut mieux bien se renseigner pour trouver un constructeur. En effet, en France le nombre de constructeur est très restreint. En règle générale, les constructeurs sont des véritables passionnés qui proposent des modèles excentriques calqués sur le modèle américain. Au final les trikes sont des bolides hors du commun avec lesquelles il ne faut pas avoir peur du regard des autres quand on le sort.

Pourtant, les trikes ne sont pas seulement des machines de l’espace et il est possible d’en trouver des classiques. Il devient alors un moyen idéal pour réaliser des splendides balades en famille. En effet, le trike peut supporter deux ou trois passagers et de nombreux bagages et ça c’est un avantage sur la moto.

En plus de son accessibilité facile, le trike se conduit aisément et offre des véritables sensations de motard. Le cas échéant, la caractéristique propre du bruit de son moteur et l’originalité de la carrosserie vous donneront de quoi remplacer les sensations d’un virage à moto. Le trike n’attend que vous et il faudra au moins essayer une fois pour vous faire une véritable idée.

Le succès commercial du scooter à trois roues

Une moto avec deux roues à l’arrière n’a pas séduit le consommateur français alors est arrivé le scooter avec deux roues à l’avant. C’est en 1998 que la marque Piaggio lance son scooter à trois roues (MP3 LT). C’est un succès commercial immense et en 2009 plus de 14 000 exemplaires se sont vendus.

Ce qui explique ce succès, c’est avant tout la maniabilité du scooter qui offrent des sensations proches de la moto accessibles à tous puisqu’il n’est pas nécessaire d’avoir un permis moto pour le conduire. La puissance ce des engins peut être de 250 ou 400 cm3 mais de part le fait des deux roues à l’avant, cela est considérer par le législateur comme un élément suffisant pour ne pas obliger le conducteur à posséder un permis moto.

Résultat des courses, le scooter à trois roues à séduit de nombreux utilisateurs et pas seulement. Les assureurs sont eux aussi séduits car ils constatent que ce dernier est bien moins dangereux qu’une moto car il offre une plus grande stabilité.

Les assureurs et le scooter à trois roues

L’avis des assureurs sur le scooter à trois roues est uniforme. C’est un engin bien moins dangereux que la moto et même si la puissance est supérieure à 125 cm3, cela reste moins dangereux que de conduire une moto.

Une autre raison qui explique le sucés auprès des assureurs est le comportement des utilisateurs. Le scooter à trois roues est un engin assez onéreux et les jeunes ne peuvent se permettre un tel investissement.

Dans la majorité des cas, les utilisateurs sont des personnes de plus de 25 ans et des pères de famille qui utilisent le scooter pour se rendre sur le lieu de travail par exemple. La conduite est donc prudente et le risque limité. Il est encore trop tôt pour les assureurs pour se faire une réelle idée des coûts des sinistres des scooters à trois roues car il n’y a pas assez de recul et que le phénomène est encore trop récent. Ce qui est certains c’est que pour l’instant les assureurs n’ont aucune raison de surcharger le prime d’assurance des conducteurs de ces nouveaux scooters car rien ne laisse à penser de sa dangerosité.

Les assureurs proposent des stages pour les utilisateurs de scooter à trois roues pour diminuer un peu plus les risques d’accidents mais il ne faut pas être dupe. Plus il y aura d’utilisateurs de ces scooter et plus les accidents seront nombreux. Évidement on peut stipuler que les utilisateurs des scooters représentent un risque plus grand que les utilisateurs des scooters à trois roues. Celui qui conduit un scooter est bien souvent un jeune avec une conduite dangereuse alors que le conducteur d’un scooter à trois roues est un adulte avec une conduite prudente. De par ce fait, il n’y a pas pour l’instant de raisons de pénaliser la police d’assurance des scooters à trois roues.

Conclusion

Le phénomène du trike ou de scooter à trois roues est très différent. Le point commun est que dans les deux cas le véhicule possède trois roues. De par ce fait, ils sont tout les deux à mettre dans la même catégorie de contrat d’assurance.

Dan ce domaine, le scooter à trois roues a explosé le portefeuille de l’assurance des motards alors que les propriétaires des trike offrent des statistiques anecdotique de par leur nombre restreint. La troisième roue de ces engins est comme une roue de secours pour éviter un prix plus onéreux des polices d’assurances.

Un commentaire sur “L’assurance pour le trike et le scooter à trois roues”

  1. zanella dit :

    Bonjour.mon assureur est un peut perdu . j’ai acheté un trick moteur cox et il ne s’ai pas dans quelle catégorie mettre ce véhicule et ne s’ai mème pas que l’on a pas besoin du permis moto et que seul le permis voiture suffi .Vous est-il possible de m’apporter plus de renseignement .Merci

Laisser une réponse