L’assurance vie et son évolution

On peut considérer que l’assurance vie est la petite dernière de la « maison mère assurance ». La naissance et le développement de l’assurance vie est assez récente. Désormais cette assurance à du succès et son utilité ne semble plus à démontrer. La presse dans son ensemble a bien détaillé les différents services et rendements d’une assurance vie. Au point que les consommateurs sont pour la plupart convaincus de l’utilité d’une telle assurance. Il faut avouer que ce n’est pas sans raison et qu’il ne faut pas prendre les consommateurs pour des moutons surtout dans le domaine des assurances. Si les assurés sont charmés par l’assurance vie c’est parce qu’elle a su évolué et s’adapter aux nouveaux besoins des assurés. Pourtant lors du lancement de l’assurance vie, le succès était loin d’être gagné.

Un mauvais départ de l’assurance vie

Le terme de mauvais départ est tout à fait approprié pour l’assurance vie. On pourrait imaginer une course de 100 mètres entre les différentes assurances :

Dans le couloir 1 : l’assurance habitation, au 2 : la fameuse assurance auto, couloir 3 : on retrouve l’assurance scolaire, Au 4 : c’est la mutuelle et enfin au 5 on retrouve l’assurance vie. Le départ est donné et l’assurance vie part avant le coup de pistolet et est malheureusement disqualifiée. Dans la réalité l’assurance vie a en effet pointer le bout de son nez un peu trop tôt mais en aucun cas elle n’a été disqualifié et au contraire elle devient aujourd’hui de plus en plus incontournable.

A son lancement, il y a environ 40 ans, l’assurance vie avait une bien mauvaise réputation. Il faut dire que les assureurs qui présentaient l’assurance vie ressemblaient plus à des témoins de Jehovas qu’à des professionnels. D’ailleurs les représentants en assurance démarchaient les gens chez eux pour essayer de leur faire signer des contrats dont personne n’avait jamais entendu parler. La vente en porte à porte n’a pas vraiment amélioré l’image d e l’assurance vie qui s’est en fait un peu plus enfoncée. Déjà que l’image n’était pas vraiment extraordinaire, on peut dire que les prospecteurs n’auront pas réussi à changer les choses avec des beaux discours devant la porte de monsieur tout le monde qui en règle générale n’aime pas trop se faire démarcher à domicile.

En plus, les médias n’ont pas non plus aidé cette assurance vie et n’ont pas hésité à tirer dessus avant qu’elle ne puisse se développer.

Le contrat d’assurance vie jouit alors d’une réputation affreuse. Pour la plupart des gens, c'est tout simplement une arnaque. On peut jeter un contrat d’assurance à la poubelle et en retrouver un autre dans sa boite aux lettres.

Pourtant, même à cette époque on avait des bons contrats d’assurances vies tout à fait intéressants mais ce sont surtout les mauvais dont on se souvient. Les assureurs sans scrupules qui arnaquent des personnes âgés avec des contrats sans valeurs. On en arrive à penser que l’assurance vie est une pratique mafieuse et qu’il ne vaut mieux pas s’y risquer.

On voit bien que les débuts de l’assurance vie ressemblent à un parcours du combattant et il faudra que celle-ci se montre patiente pour enfin rentrer dans le cœur des français.

Clarification et moralisation de l’assurance vie

Il va falloir attendre les années 1980 pour enfin constater une amélioration de l’image de l’assurance vie.

Ce sont d’abord les banques et les associations d’épargnants qui ont contribué à rendre Le contrat d’assurance vie plus lisible en proposant des produits plus simplifiés. Celui qui souscrit une assurance vie pourra désormais mieux analyser les frais de cotisations et surtout mieux comprendre les bénéfices qu’il pourra en tirer en cas de décès. Certes, ne n’est pas encore parfait mais Rome en s’est pas construite en un jour. Prendre un contrat d’assurance est désormais plus facile pour un assuré car il peut choisir le montant de sa cotisation et surtout retirer les sommes souscrites sans risquer une pénalité trop grande. L’assuré ne se retrouve plus pieds et poings liés à son contrat d’assurance comme c’était le cas auparavant.

L’assurance vie devient même un placement qui se révèle avantageux avec un rapport entre la qualité et le prix assez avantageux. Plus besoin de verser une grosse somme d’argent pour contracter un contrat d’assurance et avec des petits moyens on peut aussi se prendre une assurance vie.

La démocratisation et la popularisation se révèle efficace et ce dans tout l’Europe. On estime aujourd’hui que prés de 40 pour cent des ménages français ont souscrit une assurance vie. C’est une véritable explosion et le mieux c’est que personne n’a mis de couteau sous la gorge à ces ménages pour qu’ils signent un contrat d’assurance vie.

La manière forte utilisée au début du lancement de l’assurance vie est loin d’avoir séduite. Le manque de transparence n’a fait que noircir une image déjà opaque puisque qu’il est quand même difficile de séduire une être humain en lui parlant de sa mort prochaine ou lointaine mais qui de tout façon est inévitable.

Il aura simplement suffit d’éclaircir les conditions de souscriptions d’un contrat d’assurance et aussi de le rendre plus simple dans ses conditions (notamment au niveau de la résiliation) pour que la séduction s’opère. Les agents d’assurances n’ont plus besoin de faire du porte à porte, ce sont les assurés eux mêmes qui entrent en relation avec leur assureur pour souscrire un contrat d’assurance.

Si vous cherchez à forcer quelqu’un à souscrire un contrat d’assurance vie il sera vite apeuré. Par contre, si vous le laissez venir à vous il sera vite séduit.

La crainte de l’avenir profite à l’assurance vie

Nous ne pouvons pas non plus mettre le succès de l’assurance vie uniquement sur le dos d’une bonne gestion ou d’une transparence de la part des assurances.

La crise économique est ans aucun doute une raison supplémentaire pour inciter le consommateur à souscrire une assurance vie.

Déjà que par sa nature, l’Homme à de quoi se faire des soucis pour son avenir car il sait bien qu’un jour ou l’autre il ne sera plus de ce monde.

En plus, la situation économique qui ne fait que se détériorer en France depuis le choc pétrolier de 1973, encourage un peu plus les français à s’inquiéter de l’avenir. Une part de plus en plus importante des français a compris que le système du régime des retraites n’est pas un pilier inébranlable. Les gouvernements successifs essayent de s’attaquer au régime des retraites. Pour l’instant les syndicats et aussi une partie de l’opinion publique ne sont pas prêts à abandonner un système de retraite si chèrement gagné. On peut d’ailleurs comprendre que pour des travailleurs qui ont cotisés plus de 30 ans, il n’est pas concevable de revenir sur le régime des retraites.

Pourtant la réalité est là, les jeunes rentrent de plus en plus tard sur le marché du travail et les personnes âgées vivent de plus en plus longtemps. L’équilibre fragile du système des retraites n’est donc plus possible et on peut craindre une explosion dans peu de temps. Il semble d’ailleurs que les politiques baissent les bras et attendent cette explosion avant de faire quelque chose. Ce qui est certains c’est que cela ne va pas pouvoir durer éternellement.

Même si l’opinion publique ne semble pas prête à jeter à la poubelle son régime de retraite. C’est d’ailleurs difficile de savoir qui se trouve dans cette opinion publique puisque les médias donnent uniquement la parole à ceux qui semblent croire que le régime de retraite ne doit pas changer. Ce qui est certains c’est qu’il y a une prise de conscience de la fragilité de ce système des retraites et que les français ont besoin de se rassurer à ce sujet.

Dés les années 1980, se développe le concept de bancassurance, Les assureurs traditionnels proposent de plus en plus de l’assurance vie et les sociétés d’épargnants privés sont en plein boom.

En 1991, le rapport de Michel Rocard officialise ce que tout le monde sait déjà : Le système de retraite français ne pourra pas survivre sans changements.

C’est dans ce contexte de crainte que l’assurance vie a pu sortir son épingle du jeu en proposant à ses assurés ce que ni l’avenir ni l’Etat ne pouvait pas lui garantir. L’assurance vie à de beaux jours devant-elle surtout dans le domaine du contrat épargne retraite.

Conclusions :

En partant d’une mauvaise image l’assurance vie est devenue l’assurance la plus prometteuse dans ce secteur d’activité. Ce n’est pas une assurance obligatoire et pourtant déjà presque la moitié des ménages en bénéficient. Dans l’avenir, on peut imaginer que les assureurs vont pousser les limites à coups de campagnes publicitaires pour atteindre pourquoi pas les cent pour cent !

Un commentaire sur “L’assurance vie et son évolution”

  1. BENFAF71 dit :

    un bon parcours pour les assurances vie

Laisser une réponse