Bénéfices ou pertes des mutuelles

Comme vous le savez sans doute les mutuelles n’ont pas de but lucratif. C'est-à-dire qu’en cas de bénéfice la mutuelle est censée rendre à ses adhérents l’excédent des cotisations et, dans le cas inverse la mutuelle augmentera le montant des cotisations. Le sociétaire est véritablement associé au sort de la société mutuelle et c’est là, la particularité et la singularité des mutuelles. La loi va dans ce sens puisqu’elle précise que les cotisations des mutuelles peuvent être variables ou fixes. La cotisation fixe n’est en rien différente de la cotisation classique d’une assurance. Par contre la cotisation variable est typique des mutuelles.

En cas d‘excédent :

A la base les sociétés mutuelles essayent de calculer le montant des cotisations pour pouvoir engendrer assez d’argent pour rembourser les actionnaires. Cependant il arrive que certaines années, disons les bonnes années où aucune catastrophe naturelle n’éclate, où les accidents sont rares, où la grippe ne pointent pas le bout de son nez etc. A la fin de l’année si la mutuelle perçoit plus d’argent avec les cotisations qu’elle ne doit en dépenser pour rembourser ses adhérents les moins chanceux. Elle se retrouve alors en excédent. Jusque là, rien de dramatique car dans le monde capitaliste faire du profit est une bonne chose.

Le seul problème c’est que la mutuelle ressemble plus à un système communiste ou le profit individuel est interdit. Et donc si les cotisations versées en début d’année sont supérieures aux montants des remboursements auxquels doit faire face la mutuelle alors, en tant que sociétaire de cette mutuelle vous êtes en droit d’exiger un remboursement. Bien entendu ce ne sera pas un remboursement total mais une partie de votre cotisation. C’est ici le principe même du mutualisme qui ressemble de près au collectivisme. Le seul problème c’est qu’il semble difficile à une grande mutuelle qui a des millions de membres d’envoyer des chèques de remboursement individuels. Cela marche mieux avec des petites mutuelles. Ainsi les grands groupes de mutuelles comme la MAIF ne préfèrent pas utiliser de cotisation variable pour ne pas avoir à rembourser ses nombreux clients. La cotisation est fixe et elle peut changer d’une année sur l’autre (baissée) en cas de profits importants. Le système de remboursement semble donc plus efficace dans le cadre des cotisations variables et des petites mutuelles. Dans tous les cas grandes ou petites mutuelles ne sont pas là pour faire du profit.

En cas de pertes :

Il peut aussi arriver qu’une mutuelle calcule mal le montant de sa cotisation et qu’à la fin de l’année les recettes ne couvrent pas les dépenses. Cela peut être tout simplement dû à une simple erreur de calcul et dans ce cas la mutuelle devra penser à changer de comptable. Mais c’est parfois difficile de calculer avec exactitude le montant des cotisations surtout quand des événements imprévisibles viennent faire "exploser" la caisse. Par exemple en 1999, il y a eu une grosse tempête en France et des dégâts monstrueux. Il est impossible de prévoir ce genre d’événement et dans ce cas il est probable que la mutuelle se retrouve en situation de pertes financières. Elle ne se retrouvera pas en situation de faillite car chez les mutualistes la solidarité marche dans les deux sens. Pour retrouver l’équilibre, la mutuelle demandera à ses membres un supplément des cotisations.

Une mutuelle redonne ou ne redemande rarement de l’argent à ses membres tout simplement car le système est bien rodé et les événements tragiques et imprévus n’arrivent pas si souvent que ça mais quand ils sont là, il faut y faire face. Ceci nous montre juste la différence essentielle entre assurance et mutuelle. L’assurance est là pour faire du profit alors que la mutuelle ressemble plus à un système de solidarité basé sur l’entraide entre ses membres. Donc en conclusion, si vous voulez faire fortune, n’essayez pas de vous lancer dans la création d’une mutuelle !

Un commentaire sur “Bénéfices ou pertes des mutuelles”

  1. Hervé dit :

    Mutuelle a cotisation variable : en cas de gros sinistre non provisionné quel sera l’incidence tarifaire sur ma prime actuelle? 5%.10% ou plus et dans la situation inverse trop de provisions et peu de réalisations quel sera le remboursement de ma prime 1% 2% ou plus ?

Laisser une réponse