Les deux différentes formes d’assurance décès

L’assurance décès propose avant tout deux formules. On retrouve ainsi au sein même de l’assurance décès des contrats différents. Il faut donc faire une différenciation entre les assurances temporaires décès et les assurances vie entière. Ce n’est pas si compliqué que ça à comprendre mais c’est indispensable de bien connaître la différence pour choisir au mieux son assurance décès.

Les assurances décès avec un contrat temporaire décès

C’est sans doute la formule la plus répandue en assurance décès. Le principe de fonctionnement ne peut pas être remis en cause car il est très clair et c’est aussi ce qui explique son succès. Cette assurance garantit un capital ou une rente si l’assuré décède avant la date d’échéance du contrat. Il est donc indiqué une période précise durant laquelle le décès de l’assuré donne droit à une indemnisation pour les bénéficiaires. Si vous souscrivez une assurance temporaire décès du premier janvier 2009 au 31 décembre 2009, vos bénéficiaires ne toucheront un capital ou une rente que si vous décédez pendant cette même période. Le montant de cette rente ou du capital est précisé dans le contrat. Si vous décédez le 1er janvier 2010, les bénéficiaires n'auront droit à aucune indemnisation.

Les contrats d’assurances temporaires décès ont donc généralement une durée de vie équivalente à une année. Il est cependant possible de s’assurer sur une période plus courte ou plus longue. Il faudra alors que l’assureur et l’assuré tombent d’accord sur la durée de vie du contrat d’assurance temporaire décès. Bien entendu, il est possible de reconduire un contrat d’assurance temporaire tous les ans.

Les assurances décès avec un contrat vie entière

Avec ce type de contrat, le ou les bénéficiaires de l'assuré percevront une indemnisation quelque soit le jour de la mort de l'assuré. Le contrat vie entière offrira aux bénéficiaires un capital ou une rente le jour où l’assuré décèdera. Il n’y a pas de limite dans le temps. Si l’assuré meurt un an après la signature du contrat ou 10 ans après, cela ne change rien. Le contrat sera donc valable jusqu’au jour du décès de l’assuré.

L’assuré qui opte pour cette formule doit verser sa cotisation le jour de la signature du contrat. C’est une cotisation unique et il n’y en aura pas d’autres. De ce fait le montant du capital ou de la rente est fixé à l’avance et il n’y aura de surprise pour personne. L’assureur sait combien il devra débourser à la mort de son assuré et les bénéficiaires connaissent aussi le montant d’une éventuelle indemnisation.

Le contrat de vie entière ne laisse donc pas de place à la surprise. Un seul élément laisse une place à l’incertitude. Nul ne peut prévoir à l’avance à quelle date l’assuré va décéder. Certes l’assuré est humain et donc il n’échappera pas au cycle naturel de la vie et devra un jour ou l’autre rejoindre le royaume des morts. Mais personne ne peut prévoir une date précise. L’assureur, l’assuré et les bénéficiaires s’en remettent donc au destin.

Conclusion

Ce billet a le mérite d’être court et précis. En assurance décès, il faut distinguer les contrats temporaires décès et le contrat vie entière. Dans le premier cas l’assuré ne bénéficie d’une protection que pendant une période déterminée, en général le contrat n’est valable qu’un an (avec possibilité de reconduction). Dans le deuxième cas, le contrat n’a pas de date limite et il prendra fin le jour de la mort de l’assuré.

Le décès de l’assuré est l’élément qui met fin au contrat et qui donne droit aux bénéficiaires à une indemnisation, si les termes sont respectés.

Laisser une réponse