La navigation de plaisance en France

Le marché français de la navigation de plaisance a fortement progressé en France et c’est sans doute pour cette raison que nous lui y consacrons une rubrique sur notre site. Ainsi les amateurs de voiliers ou de petits bateaux à moteurs pourront trouver de quoi se rassurer.

Les bateaux de plaisance

Un bateau de plaisance peut être à voile ou à moteur mais ce qui compte c’est qu’il s’agisse avant tout d’une activité de loisir. De la croisière en passant par la petite ballade en mer ou sur un fleuve, les français sont de plus ne plus nombreux à tenter l’aventure. A la base ce sont les bateaux à voile qui étaient réservés à la navigation de plaisance mais les bateaux à moteurs ont fait leur apparition dans le secteur dans la seconde moitié du vingtième siècle.

Les bateaux ont évolué et offrent des possibilités nouvelles pour la navigation de plaisance. Désormais les bateaux ne sont plus seulement en bois, ils sont en résine avec de la fibre de verre. C’est plus fiable et la durée de vie d’un bateau est plus longue et c’est aussi ce qui explique le succès de la navigation de plaisance.

Certains amateurs de bateaux préféreront toujours un beau voilier en bois dans un style ancien. C’est une sensation magique parait-il de naviguer sur les mers avec un vieux vaisseau et il ne manque plus que les pirates pour s’y croire. Les plus téméraires pourront toujours aller jusque sur les côtes éthiopiennes ou somaliennes pour constater que cette piraterie existe toujours. Malheureusement les pirates sont équipés d’armes de guerre et il vaut- mieux éviter de s’y frotter même si on aime les sensations fortes.

Plus sérieusement, ce sont les catamarans qui séduisent de nos jours beaucoup de navigateurs. Ce succès date d’une quinzaine d’années et il est désormais possible d’en louer à la semaine ou à la journée pour tenter une croisière confortable. Le catamaran offre une sécurité car c’est un bateau stable qui ne peut craindre qu’un tsunami. Surtout c’est un bateau qui offre un confort digne de ce nom avec des grandes cabines. L’espace ne manque pas sur un catamaran et bien aménagé, on pourrait avoir l’impression de se trouver dans un appartement luxueux. Le prix d’un catamaran reste élève et c’est pourquoi la location reste une solution plus abordable.

Face à ce succès de la navigation de plaisance se pose un problème qu’il semble difficile de résoudre. Le nombre de bateaux ne cessent d’augmenter et la capacité d’accueil des ports français ne suit pas la cadence.

Les ports français en rupture de place

La navigation de plaisance connaît à ce jour une situation délicate. Le fait est que le nombre de plaisanciers et de bateaux ont fortement augmenté ces dernières années tandis que les ports français n’ont pas augmenté leur capacité d’accueil. Pour faire simple, il devient de plus en plus en plus difficile de trouver un emplacement vide dans un port pour stationner son bateau. Ceci est d’autant plus vrai dans les ports balnéaires en pleine saison touristique.

Le premier effet de cette saturation est une augmentation des coûts portuaires. C'est-à-dire que si vous voulez stationner votre bateau dans un port cela peut vous coûter très cher. Ce n’est pas vraiment une incitation à naviguer, c’est juste que la plupart des espaces de stationnement dans les ports sont déjà occupés. Du coup les prix augmentent car la demande est grande et les places réduites. De plus, en France on ne construit presque pas de nouveaux ports. Tous les nouveaux beaux doivent se trouver une place avec ce qui existe déjà, c’est à dire pas grand-chose.

Les chiffres parlent d’eux mêmes, Dans les années 1960 on comptait à peu près 30 000 bateaux dans les ports Français. Dans les années 1990 Ce sont plus de 150 000 bateaux qui sont stationnés dans ces mêmes ports. Le problème est que la plupart des plaisanciers restent plusieurs mois de suite dans un port. On appelle ces bateaux, des bateaux ventouses car ils restent stationner au port et ne sortent qu’une ou deux fois par an. Disons que les plaisanciers n’utilisent par leurs bateaux comme une voiture. Beaucoup d’automobilistes utilisent leur voitures tous les jours et ne laissent pas leurs voitures des mois d’affilés sur un même parking. Pour la navigation de plaisance ce n’est pas pareil. La navigation de plaisance est avant tout un loisir qui s’exerce pendant les vacances. Il n’est pas rare de voir des plaisanciers prendre un emplacement portuaire à l’année et ne jamais sortir du port. Les citadins se contenteront de venir le week-end sur leur bateau pour dormir sur la mer mais pas forcément pour faire une balade en mer. On arrive à une situation plus que délicate et c’est aussi un frein pour la navigation de plaisance. Il est évident que s’il y avait plus de ports et de places disponibles pour stationner des bateaux, le marché de la navigation de plaisance se développerait sans doute plus vite.

Conclusion

La navigation de plaisance est une activité de loisir séduisante pour un bon nombre de français. Pourtant, les ports français ont une capacité d’accueil assez limitée et cela constitue un frein à un plus grand accroissement. Les assureurs de la navigation de plaisance aimeraient sans doute que les ports français s’agrandissent un peu plus pour augmenter de façon significative le nombre de plaisanciers. Même si la loi française n’oblige pas les plaisanciers à prendre une assurance, beaucoup d'autorités portuaires refusent tout simplement les bateaux sans assurances. Quand on sait à quel point il est difficile de trouver une place libre dans un port, on se dit qu’il vaut mieux se prendre une assurance. Et pourquoi pas une assurance qui garantisse au plaisancier une place de stationnement dans un port ?

Laisser une réponse